Des installations pour la protection des amphibiens

Chaque année, vers février-mars, les amphibiens de nos régions s’éveillent et migrent vers les mares afin de se reproduire. On appelle cela la migration prénuptiale.
Malheureusement, cette migration est de plus en plus semée d’embûches : à Moras-en-valloire (mais aussi dans de nombreux autres endroits en France), les batraciens sont obligés de traverser la route D121 pour rejoindre le point d’eau au périple de leur vie. Nombre d’entres eux n’y parviennent pas. 
Pour pallier à cela à Moras-en-Valloire, la LPO AuRa délégation Drôme-Ardèche et ses bénévoles interviennent chaque année depuis 2010 afin de mener une opération de sauvetage : un dispositif composé de filets barrières et de seaux est mis en place sur plus de 500 mètres (250m de chaque coté de la route).

Comment cela fonctionne ? Lorsqu’ils voudront se rendre dans la zone humide située en face de la route, les batraciens se trouverons bloqués par un filet faisant une quarantaine de centimètres de haut. Ne pouvant pas sauter par dessus, ni passer par dessous, ils seront contraints de longer ce dernier jusqu’à tomber dans l’un des seaux mis en place.
Plus de 6 000 amphibiens ont bénéficié de ce judicieux système depuis 2010.
Retrouvez ici le bilan 2022

Ce 7 février 2023, une quarantaine d’étudiants en BTS GPN de la MFR Mondy (Gestion et Protection de la Nature) guidés par les bénévoles de la LPO sont intervenus afin de réaliser l’installation du système.
Dès le 7 février et jusqu’au 15 avril, les équipes de la LPO se rendront sur place afin de faire les relevés des 42 seaux. En plus de faire passer les batraciens de l’autre côté de la route, elles procéderont à l’identification de ces derniers : espèce / sous-espèce comptage et sexage seront réalisés afin de tenir un registre et voir l’évolution des populations environnantes. 

L’intervention :

ETAPE 1 – Création des tranchées
Afin d’installer les filets et les seaux, le terrain doit être préparé : des petites tranc